Numérique : évolution ou révolution ?

De l’agriculture à la médecine, en passant par le commerce ou les transports, tous les secteurs d’activité se mettent à l’heure du numérique. Le BTP n’y coupe pas : tandis que, sur le terrain, ses outils de travail évoluent ; en amont, les CFA du BTP de Haute-Normandie préparent leurs apprenti-es à cette révolution.

La transition numérique n’est pas une option, c’est une évolution  dite « naturelle ». Aucun secteur d’activité ne peut s’en affranchir. Tous ont intérêt à l’amorcer pour être en phase avec leur temps. Mais aussi pour profiter de ses bénéfices. Le projet numérique des BTP-CFA de Haute-Normandie s’inscrit dans cette double logique : former les apprenti-es pour qu’ils soient à l’aise avec les nouvelles technologies, et utiliser ces dernières pour moderniser les formations elles-mêmes. Conscients de ce double enjeu, « les BTP-CFA de Haute-Normandie ont répondu fin 2015 à deux appels à projet, indique Raphaël Harang, pilote des projets numériques. Il s’agit d’enclencher la montée en compétence des professionnels du bâtiment et des apprenant-es. »

S’adapter au monde du travail

Le projet « CFA numérique », co-financé par des fonds européens et de la profession BTP, doit permettre à tous les jeunes, quel que soit leur niveau de qualification, de se former aux nouvelles technologies en général, à la maquette numérique en particulier. « L’utilisation du BIM* qui révolutionne les méthodes de travail du BTP exige de mobiliser toute une palette d’outils d’aide à la formation, explique Raphaël Harang. Il nous faut plus d’ordinateurs, plus de logiciels métier, mais aussi des maquettes numériques, des simulateurs ou encore une plateforme d’e-learning. »

Autant de chantiers initiés, cette année, par les BTP-CFA de Haute-Normandie : présente sur les quatre CFA du territoire de l’Eure et de la Seine-Maritime, la maquette numérique est un support de travail nécessaire à l’appropriation, par petits groupes, de la maquette BIM, que les jeunes doivent savoir manipuler pour s’intégrer dans le monde professionnel de demain.

Quant aux simulateurs, en cours de déploiement dans les CFA, ils mobilisent des technologies de pointe pour que les apprenti-es s’entraînent sans risque à la pratique de gestes dangereux. en faveur de la sécurité.

Nouvelles méthodes de transmission du savoir

Utilisant les procédés de la réalité virtuelle, ces simulateurs, très adaptés à la formation, sont appelés à devenir l’un des piliers de la formation de demain. « Ils incarnent la transformation du mode de transmission du savoir que le numérique induit, souligne le chef de projet. Cette transformation se retrouve également dans la mise en œuvre d’une plateforme de e-learning – un LMS** – à laquelle nous travaillons. ». « Les apprenti-es disposeront d’un code d’accès et pourront grâce à cette plateforme accéder de n’importe où et de n’importe quel support à tous leurs cours, mis en ligne par leurs formateurs, », argumente Géraldine Passey. Une nouvelle étape pour cette formatrice en mathématiques et sciences physiques, qui depuis quatre ans remet à ses apprenti-es du CFA Baie de Seine cours et exercices sur clés USB. Au-delà du gain de temps (passé à la photocopieuse), « la dématérialisation évite que les apprenti-es perdent leurs cours, justifie-t-elle. Ils n’ont pas, non plus, à les récupérer quand ils sont absents. Enfin, cela permet l’individualisation et la différenciation. » Pendant qu’elle revient sur certains notions avec les uns, les autres peuvent en effet avancer de façon autonome.

« C’est un moyen de remettre le formateur au centre du dispositif, confirme Raphaël Harang, car la formation sans formateur n’a pas de pérennité, et sans leurs capacités pédagogiques, on n’a pas d’accompagnement individualisé des jeunes. »

Si le papier cède la place à la dématérialisation, la présence humaine ne disparaît pas, elle évolue. Ce qui explique que le projet CFA numérique prévoit de consacrer un tiers de son budget à la formation des formateurs.

 

*Le BIM (building information modeling) est une technologie de modélisation des données du bâtiment.
** Le LMS 
(learning management systemest une plateforme de gestion des formations, dite aussi « e-learning ».

 

Trouver une formation

Sélectionnez le CFA de votre choix, le diplôme, puis le métier qui vous intéresse
VALIDER